« Deauville : un cri dans la nuit - 1 | Accueil | Pièce de théâtre sur une plage italienne »

30/10/2011

Commentaires

PAULUS PETIT  JACQUELINE

UNE VIEILLE MARCHANDE CRIAIT: MESDAMES? NE PERDEZ PLUS VOS CULOTTES 5METRES D ELASTIQUE A 1 FRANC .
DU CHOIX D'LA QUALITE , DES PRIX !!!

quiquine .

PAULUS PETIT  JACQUELINE

Il y eut aussi,cette grosse dame, coupant les cheveux des gars du coin, et faisant Les barbes !
Armée d'un rasoir pliant, bien connu de nos aieux, (qu'on appelait aussi coupe chou)elle devait passer ses jambes entre celles du client,pour mieux raser ces poils récalcitrants, mettant certains Messieurs ,mal à l'aise .
Elle ne tremblait pas, et était fort appréciée .

je relis avec plaisir cette visite du marché Bucheois ... en été ,il y a foule de tous les coins de la Région, les Rouennais viennent se retremper dans la Vraie Campagne, sans chichis si riche d'anecdotes .Rien à voir avec les grands magasins ,dits de Grande Surface, sans âme, sans chaleur ,ou les gens pressés courent, les yeux dans le vague,pour repérerle lot de savonnettes ou de pâté,dit fait maison ...Juste pour faire plus vite, toujours plus vite .
Quiquine .

Daniel Bas dit Chedozot

Jacques, je suis certain d'avoir écrit l'épisode de la poste et de la descente de gendarmerie. Mais où? Je cherche en vain. Peux-tu m'aider? Peut-être simplement dans des commentaires à tes textes sur la maison de Buchy. Ou à des souvenirs de Jacqueline.

Daniel Bas dit Chedozot

J'ai relu plusieurs fois. C'est du Maupassant.Avoue, tu l'as recopié.

PAULUS PETIT  JACQUELINE

Il est vrai,mon cousin,que la jeune fille blonde en question était très jolie et une vraie Viking.
Un beau brin de fille , comme on dit " cheu nous ".

Quiquine .

jac

Je pensais que tu venais chez nous pour nos beaux yeux, Daniel...
N'oublie pas que je te sollicite depuis deux ans concernant l'épisode (sonore) de la poste.

Daniel Bas dit Chedozot

J'ai moins de raisons que vous, Jacqueline et Jacques, de me souvenir du marché de Buchy. Et pourtant, j'en garde la nostalgie! J'avais 17 ans, j'étais fou amoureux transi de la fille de l'épicerie et je passais des heures à lécher sa vitrine dans le seul espoir de l'entrevoir!

PAULUS PETIT  JACQUELINE

J'ai aussi souvenance d'un voyage dans cette carriole , à peine bâchée,par temps de bruine bien drue du pays Normand.Il y faisait froid, mais nous étions si heureux .

Quiquine .

PAULUS PETIT  JACQUELINE

Sous cette halle, classée par les monuments historiques , j'y ai assisté à des activités les plus drôles;
Un garçon,vendeur de bottes,s'amusait à lancer des élastiques dans les jambes des fermières , baissées pour présenter leur beurre et leurs oeufs.Armé d'un petit baton,il s'en servait d'arbalète contre les cuisses des dames.Les jupes étaient courtes ,et il était facile de viser en douce.On aurait pu croire que les fermières avaient des tics,tant elles se remuaient en se tatant les mollets,regardant à droite et à gauche, d'ou venaient ces projectiles .
Personne n'a jamais suspecté ce garçon ,hilare .
Quiquine.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

février 2015

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  

ALENTEJO

Blog powered by Typepad
Membre depuis 01/2005