« Mémé Lazo et sa radio | Accueil | Echelle, cravate et pleine lune »

22/07/2013

Commentaires

PAULUS PETIT  JACQUELINE

Dans ma CHASSE AUX DORYPHORES ,j'ai omis d'ajouter que nous chantions en chemin,et que nous avions des séances de repos...à charge,pour nous,de réciter nos poésies...le travail scolaire était quand même effectué en dépit des chasses aux bestioles .
Ces institutrices de classes primaires sont restées inoubliables.
Quiquine.

PAULUS PETIT  JACQUELINE

Pour répondre à notre frèrot Viking,Michel:
Et si je vous racontais notre chasse aux DORYPHORES?
Ces affreuses bêtes "bouffaient" nos récoltes de pommes de terre.
Or,la PATATE était notre aliment premier...
Les paysans étant partis à la guerre,personne ne pouvait traiter les immenses champs.
Nos instituteurs nous emmenaient,en été,chacune avec une boite de conserve vide,et il nous fallait oter ces bestioles gluantes,rouges,de sur les feuilles de pommes de terre.
Il faisait très chaud,combien de gamines sont tombées" dans les pommes", d'insolation?
L'odeur de cet insecte est horrible.Pas question de se faire porter malades,nos instituteurs devant rendre compte du travail effectué par les écoliers .
Demandons ,maintenant à nos enfants des champs d'aller aider aux travaux du jardin ?
Ils ne seraient pas d'accord,les jeux sur l'ordi étant plus dans leurs cordes !!!

Quiquine.

Michel Leveillard

Ma chère Quiquine…
Si tu penses que les jeunes Français ont du mal à croire tes histoires d’écolière pendant la guerre et immédiatement après la libération tu devrais essayer ici…
Et le pire ma p’tite Frangine… leurs profs ont du mal à y croire eux même…
Quand tu racontes ces histoires n’oublies pas de mentionner les marches sous la flotte et le froid pour aller à l’école…
Assis trempé jusqu’aux oses dans une classe avec pratiquement pas de chauffage…
L’estomac creux…
Et oh oui ... les voyages dans les caves abris de temps à autres…
Je fus invité 2 ou 3 fois dans les écoles de mon coin pour parler de ma jeunesse en France aux gosses …
Mais je ne fus jamais réinvité … Je me demande pourquoi ?
:-)

PAULUS PETIT  JACQUELINE

Au Lycée Jeanne d'ARC,de ROUEN,les professeurs avaient " DE LA CLASSE",certainement pour se rendre dignes de SIMONE DE BEAUVOIR .
Madame DE BEAUVOIR aurait dit comme ceci,aurait fait comme cela ,bref,on nous la montrait en exemple constamment .Elle avait enseigné dans nos murs bien avant,et nous ne savions pas encore,combien elle avait marqué notre école de son emprunte .
MISS BURTON,très compétente, était coléreuse,et tapait du pied rageusement.Un jour ,son escarpin est allé voltiger au dessus de nos têtes ,retombant dans un fou-rire général,sauf le sien.
Nous avions des enseignants de grande valeur,aussi bien en français,qu'en allemand,
Nous avons eu en sports,notre médaillée du lancement du poids,aux jeux olympiques,JACQUELINE MAZEAS .
Et que dire de madame PLARD,ce terrible professeur de français ?elle nous terrorisait,certes, mais elle avait du talent.
Mon entrée,en 6e ,en octobre 1.944,au lendemain,presque de la LIBERATION... fut mémorable!
Même si nous n'avions pas de chauffage ,pas assez se sièges,nous avons eu nos professeurs,à leur poste,dès les débuts des cours.
Il fallait courir, se précipiter pour vite prendre un siège,les plus lentes,devaient assister assises,en tailleur,le cahier sur les genoux...quand il y avait un cahier !
Nous avions les meilleurs professeurs,honnêtement,en ce temps là, nous ne le savions pas !
Maintenant,j'ai l'air de radoter,du haut de mes 80 ans,et les mômes à qui je raconte mes souvenirs,ont un rire en coin ,ne me croyant pas ...

Quiquine .

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

février 2015

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  

ALENTEJO

Blog powered by Typepad
Membre depuis 01/2005